Start All Over
    BIENVENUE


    Tout d'abord, bonjour à toi ! Si tu es venu sur ce forum, c'est que tu as du croisé son adresse quelque part dans la grande toile de notre ami Internet. Visite le donc, je t'en prie =). Nous espérons qu'il te plaira et te donnera envie de t'y inscrire. Nous sommes ici pour de plus amples renseignements.
    Pleins de Scénarios sont à ta disposition, n'hésites pas à y jeter un coup d'oeil.

    L'équipe de STAO.



 

Partagez | 
 

 Et quand le danger grandit tant que la mort devient l'espoir, le désespoir c'est la désespérance de ne pouvoir même mourir | Liam && Lunhabee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Adminette freaking hot
avatar

SECRET LIFE

▌ Age : 21 ans
▌ Intégration : 60
▌ Alter Ego : Barbara Palvin
▌ Nombre de messages : 211
▌ Emploi : Serveuse & Danseuse à ses heures
▌ Date d'inscription : 19/01/2013

MessageMar 11 Juin - 22:58

Liam && Lunhabee
❝ Et quand le danger grandit tant que la mort devient l'espoir, le désespoir c'est la désespérance de ne pouvoir même mourir.


Ce soir, Bee est seule à la maison. Dehors, l'orage gronde. Une alerte était donnée : il ne fallait pas s'approcher des berges et du bord de l'eau. Debout en plein milieu de son salon, la brunette semble ailleurs, un corps sans vie, qui tient debout par on ne sait quel miracle. Le regard rivé sur la grande baie vitrée, elle se questionne. Elle devait le faire, c'était la seule solution. Son regard est vide, elle paraît éteinte, elle n'est plus elle-même. Des larmes coulent en discontinu sur ses joues pâles. Elle n'aurait pas dû trouver ça, c'était bien trop tôt, bien trop douloureux. Elle aurait dû laisser tout ça à LeD, ne pas trainer ce boulet derrière elle. Il y avait bien trop de douleur en elle, trop de choses qu'elle tentait d'oublier en vain, beaucoup trop de peine qu'elle n'arrivait plus à gérer. Elle est débordée. Elle va exploser. Elle a le sentiment de perdre la tête. Elle ne peut plus gérer tout ça. Une véritable tornade a lieu dans sa tête et dans son cœur, tornade qui la ravage totalement. Malgré cela, elle paraît calme, sans réaction. La maison pourrait s'effondrer, elle ne réagirait pas plus. Son cœur semble s'arracher dans sa poitrine et chaque battement est de plus en plus douloureux. Il fallait que ça s'arrête, à tout prix. Pour son bien-être émotionnel et pour son bien-être physique.
Sydney n'était pas la solution de toute évidence. Fuir n'était pas la solution. La solution était là, dehors dans les flots déchainés. La décision était prise. Elle s'avance à pas lent, alors que de légers soubresauts agitent son corps frêle. Elle tremble, fébrile et terrorisée. Elle ôte ses chaussures qui gisent sur le tapis du salon, juste à côté d'une boîte de médicaments, à l'abandon depuis bien longtemps... Elle pose la main sur la poignée de la baie, l'ouvre lentement et s'avance vers la balustrade en verre. Ses cheveux bruns virevoltent autour de son visage rougi par les larmes. Elle est incapable de réfléchir à quoi que ce soit, tout ce qu'elle désir, c'est que ça s'arrête, que cette douleur insoutenable, qui lui tient compagnie depuis si longtemps s'en aille pour de bon. Elle ôte le sweet de Keagan, qu'elle ne quittait plus dernièrement et le laisse également gire au sol. Elle pose ses petites mains sur la balustrade et passe ses deux jambes par-dessus, se trouvant rapidement dos à la maison et face au vide. Sous ses pieds, la mer s'abat violemment contre les falaises...les flots semblent l'appeler, l'inciter à les rejoindre, car là était la seule solution. Son souffle est coupé par la force du vent, alors qu'elle s'agrippe fermement au bord. Était-ce une bonne idée ? Elle ne sait plus. Oui. Il ne fallait pas faire sa poule mouillée. Il fallait mettre un terme à tout ça. Elle n'était rien pour personne, n'avait d'importance pour personne et sa vie était un cauchemar. Décidée, elle avance un pied dans le vide


« Je ne ferais pas ça si j'étais vous. » Surprise, elle se ravise quelques instants, tentant alors de tourner la tête afin d'identifier l'intrus. Elle était pourtant sûre d'avoir fermé la porte...elle était donc bien plus ailleurs qu'elle ne l'aurait pensé...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


SECRET LIFE

▌ Intégration : 3
▌ Alter Ego : Sebastian Stan
▌ Nombre de messages : 33
▌ Date d'inscription : 10/06/2013

MessageMar 11 Juin - 23:54





Je m'étais fait surprendre par l'orage. Depuis quelques semaines j'avais trouvé l'adresse de la fille. Et j'avais même fait connaissance avec son colocataire qui était un homme charmant. Bientôt je pourrais la rencontrer elle si je m'en sortais bien. Ce ne serait pas compliqué de devenir assez ami avec Keagan pour qu'il m'invite chez lui et que je puisse la rencontrer. Ce soir-là j'avais décidé d'attendre aux alentours de la villa, et faire semblant de me trouver là par hasard lorsque Keagan pointerait le bout de son nez. Alors il m'inviterait à boire un coup chez lui et je pourrais certainement la voir. Mon plan était tout tracé, seulement je n'avais pas regardé la météo et je ne m'attendais pas à ce qu'il se mette à tomber des trombes d'eau d'un seul coup. On aurait dit la fin du monde. Le ciel s'était assombrit d'un seul coup et des éclairs avaient traversé le ciel. Je m'étais mis à l'abris sous le balcon de la villa. J'aurais pu courir jusqu'à ma voiture mais d'ici là j'aurais été complètement trempé, je préférais attendre quelques minutes que la pluie se calme. Je ne m'étais pas garé la porte à côté afin que Keagan ne voit pas que je n'étais pas ici par hasard. Quelle galère... J’espérais que personne ne me verrait... Je commençais à avoir froid en plus... Quelle poisse... Quel con... J'aurais dû penser à regarder la météo avant de bouger à des kilomètres de chez moi. Je me maudissais moi-même quand je vis deux petits pieds pendre du balcon. Je cru d'abord rêver. Mais ce devait être elle. C'étaient des pieds de filles. Attendez que faisait-t'elle dehors par ce temps ? C'était trop dangereux ! Elle allait être blessée ou pire... Si elle mourrait alors son cœur cesserait de battre... Je ne pouvais pas laisser une telle chose arriver ! Mon sang ne fit qu'un tour et l’adrénaline se mit à couler dans mes veines. C'était comme si tout se passait à une vitesse vertigineuse et que je ne contrôlais rien. Je courus de toutes mes forces pour faire le tour de la maison, je repérais une fenêtre ouverte au premier étage. C'était un peu haut mais j'étais certain de pouvoir l'atteindre en escaladant un peu par la gouttière. Ce n'était pas très pratique avec ce temps tout glissait. Je m'écorchais les mains sur le fer de la gouttière. Je sautais par la fenêtre et j'étais enfin à l'intérieur. J'avais réussis mais je n'avais pas le temps de me reposer, je courrais pour rejoindre l'étage d'au-dessus et trouver Lunhabee. Je ne pensais qu'à elle. Qu'à l'en empêcher. Je ne pouvais pas la perdre. J'avais l'impression d'être dans un film comme si tout cela ne m'arrivait pas à moi. Comme si j'étais un simple spectateur. Je ne ressentais rien, je ne sentais pas les écorchures sur mes mains, ni mon souffle qui commençait à manquer. J'arrivais dans la salle qui donnait sur le balcon, la porte vitrée était grande ouverte et je voyais les éclairs illuminer le corps frêle de la jeune fille. Je m'approchais assez pour qu'elle m'entende malgré le boucan provoqué par l'orage. J'étais trempé, elle aussi, et nous étions de nouveau sous la pluie.

« Je ne ferais pas ça si j'étais vous. »

Dis-je tout en avançant doucement vers elle afin de ne pas la brusquer et qu'elle ne tombe pas par inadvertance. Une fois assez près je m'emparait de son bras et l'obligeait à s'éloigner du vide, ce qui n'était pas compliqué étant donné sa carrure. J'avais peur, peur qu'elle me rejette et qu'elle passe à l'acte. Mon coeur battait à tout rompre. Le sang affluait dans mon crâne. J'avais les larmes aux yeux. Qu'elle ne saute pas. C'était tout ce que je souhaitais à cet instant.


fiche par century sex.

_________________




    « L’amour nous détruit, il hante nos rêves, ronge nos jours...
    L’amour a tué plus de personnes que n’importe quelle maladie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adminette freaking hot
avatar

SECRET LIFE

▌ Age : 21 ans
▌ Intégration : 60
▌ Alter Ego : Barbara Palvin
▌ Nombre de messages : 211
▌ Emploi : Serveuse & Danseuse à ses heures
▌ Date d'inscription : 19/01/2013

MessageMer 12 Juin - 1:01

Liam && Lunhabee
❝ Et quand le danger grandit tant que la mort devient l'espoir, le désespoir c'est la désespérance de ne pouvoir même mourir.


Ça y était. C'était le moment. Le moment où elle serait libre, libre de ces contraintes, de ces souffrances, de toute cette peine qu'elle n'arrivait plus à supporter. Le moment ou, faute d'avoir pu trouver quelqu'un qui pourrait l'aider, elle se libèrerait elle-même. Elle prenait enfin son destin en main. Gelée, mouillée et terrorisée, elle avance sa jambe dans le vide, bien décidée à en finir, quand une voix retentit dans son dos. Qu'était-ce donc que cela ? Elle était seule et la porte était verrouillée...du moins c'était ce qu'elle croyait. Elle se ravise, reposant maladroitement son pied sur le rebord glissant du balcon, avant de tenter tant bien que mal de se tourner. Une main se pose alors sur son bras, l'attirant un peu plus fermement vers l'intérieur.
« Qui êtes vous ?... » Sort alors de ses lèvres, en un murmure. Elle n'attend pas vraiment de réponse. Était-ce bien important au fond de savoir qui il était ? Il tentait de la sauver, voilà qui était important. Que faire ? Elle pouvait très bien se débattre, lui échapper et se laisser tomber... Elle était trempée et il aurait bien du mal à la rattraper. Elle en avait tellement besoin...en finir. Voilà ce à quoi elle aspirait. Alors pourquoi était-elle si effrayée, si paniquée. Elle voulait en finir, ne plus rien ressentir, tout oublier et pourtant, le noir profond des remous violents l'effraye au plus haut point. Était-elle prête à ça ? Peut-être pas. La pression autour de son bras se fait plus ferme, alors qu'elle pose enfin son regard perdu dans celui de son sauveur, un homme qu'elle ne reconnaît pas. Était-ce des larmes dans ses yeux ? Non certainement pas...il ne la connaissait pas. Pourtant, elle croit lire dans son regard, comme une sorte d'intérêt pour sa personne... Ses larmes coulent de plus belle, alors qu'un petit sanglot s'échappe de sa gorge. Elle était perdue, fatiguée...désespérée.
Sans plus y réfléchir, elle lâche la rambarde, passant rapidement ses petits bras tremblants autour d'un cou du jeune homme, comme une petite fille perdue en mer, s'accrochant de toutes ses forces à une bouée. Elle ne le connaît ni d'Ève, ni d'Adam, mais tout ce qu'elle sait, c'est que cet homme est la lumière dont elle avait besoin dans son monde si obscur. Elle s'accroche de toutes ses forces, craignant à présent pour sa vie, alors qu'elle sanglote de plus belle. En voilà une ironie pour une femme qui voulait mettre fin à ses jours quelques instants plus tôt.
Le vide sous ses pieds la panique un peu plus, le tonnerre gronde de plus belle et le bruit des vagues se fait plus enragé, comme si la nature était en colère de la voir se raviser, s'accrocher à la vie du peu de force qui lui restait. Son destin était de mourir aujourd'hui, c'était ce que cette immense étendue d'eau attendait. Elle n'avait pas le droit de changer d'avis et pourtant...cet homme avait fait ce choix pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


SECRET LIFE

▌ Intégration : 3
▌ Alter Ego : Sebastian Stan
▌ Nombre de messages : 33
▌ Date d'inscription : 10/06/2013

MessageMer 12 Juin - 2:09





Je ne la lâcherais pas ça vous pouvez en être certains. Même si pour cela j'allais passer par-dessus bord et moi aussi finir au fin fond des abysses peu importe je ne laisserais pas tomber. Pourquoi ? Pourquoi je risquais ma vie pour sauver la sienne ? La tempête semblait aller de pire en pire. Le vent et la pluie fouettaient mon visage. Je pouvais juste la lâcher et tout serait terminé. Cette quête pour la retrouver. Toute cette histoire serait terminée et je pourrais vivre paisiblement. Mais non je ne pouvais pas. Tout cela avait donné un sens à ma vie, un but, et mon but était de continuer à faire battre ce cœur qui m'était cher. Elle me demanda qui j'étais. Je ne savais pas quoi répondre, et puis ce n'était pas réellement le moment de répondre. Après tout que pouvais-je lui dire ? Si je lui disais la vérité elle prendrait probablement peur et se jetterait par dessus la rambarde pour être le plus loin possible d'un psychopathe comme moi... Elle s'accrocha à mon cou et je sentit une vague de chaleur m'envahir. Elle ne me rejetait pas, elle acceptait mon aide, alors j'allais pouvoir tout faire pour la sauver. Je passais mes bras autour d'elle et l'emprisonnait contre moi fermement. Elle ne risquait pas de s'échapper. Si elle tombait je tombais avec elle. Je me rendis compte alors qu'elle pleurait. J'entendais les sanglots dans mon cou. C'est vrai, ce n'était pas un accident tout ça, cette jeune fille avait essayé de mettre fin à ses jours. Pourquoi ? Elle était pourtant jeune, jolie, elle avait un travail dont beaucoup de filles rêvaient. Pourquoi était-t'elle malheureuse ? C'était incompréhensible pour lui, même à la mort de la personne qui était tout ce qui comptait pour lui il avait fait face. Jamais le suicide ne lui était passé par la tête. Et puis elle... Elle n'avait pas le droit d'être malheureuse alors qu'elle l'avait. Son cœur devait être empli de joie comme il l'avait toujours été à l'époque. Oui je devais soigner son cœur blessé. Un coup de vent tandis que la jeune fille avait les pieds dans le vide, je la retins de toutes mes forces en me penchant en arrière et nous tombâmes en arrière sur le sol. Un léger choc mais je n'avais rien de cassé et mon corps avait amortit la chute de Lunhabee. Elle était sauve, et malgré quelques bleus dans mon dos tout allait bien pour nous deux. Je me relevais lentement encore sous le coup des émotions. J'avais du mal à remettre mes idées en place. Il y a encore quelques minutes je n'avais encore jamais adressé la parole à cette fille et je venais de lui sauver la vie. J'étais trempé, et je me rendis alors compte que je saignais des mains. Je relevais les yeux et les posais sur la jeune fille. Elle était trempée. Elle semblait tellement vulnérable... Est-ce qu'elle saignait ? Je m'approchais et effleurait l'endroit sur son t-shirt où il y avait du sang. Non, ce n'était que mon propre sang qui l'avait tâché lorsque je l'avais prise dans mes bras. Je ne savais pas quoi lui dire. Après tout, elle ne me connaissait pas... Finalement je demandais d'une voix sourde:

« Est-ce que vous allez bien ? »

fiche par century sex.

_________________




    « L’amour nous détruit, il hante nos rêves, ronge nos jours...
    L’amour a tué plus de personnes que n’importe quelle maladie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adminette freaking hot
avatar

SECRET LIFE

▌ Age : 21 ans
▌ Intégration : 60
▌ Alter Ego : Barbara Palvin
▌ Nombre de messages : 211
▌ Emploi : Serveuse & Danseuse à ses heures
▌ Date d'inscription : 19/01/2013

MessageMer 12 Juin - 2:59

Liam && Lunhabee
❝ Et quand le danger grandit tant que la mort devient l'espoir, le désespoir c'est la désespérance de ne pouvoir même mourir.


Du fin fond de sa détresse, elle n'espérait plus rien, rien du tout, à part se laisser choir, laisser l'eau emplir ses poumons et sombrer pour toujours. Son cerveau s'est arrêté. Ses pensées affreusement confuses...cette sensation ne lui était pas arrivée depuis bien longtemps. Elle n'est plus connectée à la réalité. Tout semble se dérouler au ralentit, alors que des flashs lui reviennent en mémoire Elle entend les sanglots d'une femme au loin, d'une femme qu'elle connaissait bien, qu'elle avait aimée et qui lui avait brisé le cœur. Entre ses sanglots, cette femme lui ordonne de la laisser tranquille... C'était là ce qu'elle allait faire. Elle revoit cette ombre, passant non loin d'elle... Il faut qu'une main se pose sur son bras, pour qu'elle sorte en partie de son délire. Qu'était-elle entrain de faire ? La douleur qu'elle espérait faire disparaitre, prend alors toute la place en elle. La tornade est de retour, bien plus puissante qu'avant, tout est confus, tout est flou. Rien ne lui paraît réel. Affolée, elle s'accroche à l'inconnu, le suppliant du regard de la sauver. Elle n'était pas capable de le faire elle-même, elle n'était plus capable de le faire elle-même. Solidement accrochée à son cou, elle le laisse faire, sans se débattre, comme si un éclair de génie lui avait indiqué qu'il était préférable de le laisser prendre le relais. Elle n'était de toute évidence pas la mieux placée pour prendre des décisions pour le moment.
Les deux jeunes gens basculent rapidement et s'effondrent au sol. Le poignet et la cheville droits de la brunette heurtent violemment le sol, mais elle ne réagit même pas. Elle ne sent rien, son corps étant comme engourdit. Tout cela était surréaliste. Ses yeux bleus habituellement si clairs et pétillants, semblent alors affreusement sombres et éteints. Choquée, elle décolle légèrement sa tête du cou du jeune homme, alors que des spasmes agitent violemment tout son corps et plonge son regard dans le sien, espérant y trouver des réponses. Que s'était-il passé ? Venait-elle vraiment d'échapper à une mort certaine ? C'était impossible. Comment était-elle arrivée là ? Qui était-il ? Ses tremblements irrépressibles, dus au froid et à la terreur, l'agitent de plus en plus. Il porte sa main à son corps, geste que la jeune femme ne remarque même pas. Les moindres muscles de son corps sont affreusement tendus, provocants d'affreuses douleurs. La tétanie n'était pas loin.
Il s'enquiert alors de son état. Si elle allait bien ? Il était évident que non. Elle n'allait pas bien du tout et ce, depuis un bon moment déjà. De fines mèches de ses cheveux foncés se collent à son front mouillé, alors que ses lèvres virent lentement au violet, sous l'action du froid.
Submergée par un flot d'images qu'elle ne parvient ni à analyser, ni à comprendre, elle panique une fois de plus : elle se recule brusquement, plaquant son dos à la rambarde de verre, avant de passer ses bras autour de ses jambes, qu'elle ressert contre son torse et de fondre en larmes. « Pitié...Faite que ça s'arrête...» Pas sûr qu'elle s'adresse au jeune homme, mais son seul désir est que tout s'apaise dans son esprit. Elle porte ses petites mains à sa tête qu'elle comprime en agrippant ses cheveux. Un énorme hématome apparaît lentement sur son poignet, témoin de la violence de la chute. Affolée, son cœur s'emballe. Elle le sent battre sur ses tempes. « Il faut que ça s'arrête...» Il lui fallait du calme, il fallait au moins que ça s'apaise autour d'elle, pour espérer qu'il en soit de même en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

SECRET LIFE


Message

Revenir en haut Aller en bas
 

Et quand le danger grandit tant que la mort devient l'espoir, le désespoir c'est la désespérance de ne pouvoir même mourir | Liam && Lunhabee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand le passe ressurgit [PV Rosier Sauvage et Feuille d Espoir]
» Nouvelle journée mais en tant qu'apprentie ! [pv : Nuage d'Espoir]
» PC peu compétant ...
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Start All Over :: •• LA VIE, LA VRAIE •• :: Sydney est une très grande ville ! :: Logements :: Villa de Caleb J. Sasterwane && Lunhabee H. Ward-